CATARACTE
ACCUEIL       CONSULTATIONS    HOSPITALISATION                                                                 
Cataracte    Glaucome    Strabismes    Myopie par laser    Conjonctive        
Paupières    Rétine    Cornée    Foire aux questions    Anomalies de la vision    ACCUEIL.htmlconsultation_malauzat.htmlclinique_theodore_ducos.htmlcataracte.htmlglaucome.htmlstrabismes.htmlmyopie_par_laser.htmlconjonctive.htmlpaupieres.htmlretine.htmlcornee.htmlfoire_aux_questions.htmlanomalies_de_la_vision.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3shapeimage_2_link_4shapeimage_2_link_5shapeimage_2_link_6shapeimage_2_link_7shapeimage_2_link_8shapeimage_2_link_9shapeimage_2_link_10shapeimage_2_link_11shapeimage_2_link_12
 

cristallin

L’examen va confirmer le diagnostic, préciser l’existence ou non d’une pathologie oculaire associée, et faire le bilan pré-opératoire.


--------------  Le diagnostic de cataracte et son type  -----------------------------------------------------------------


Après avoir dilaté la pupille (état de mydriase), le diagnostic est évident. Reste à déterminer le type d’opacification et son importance.


En cas d'indication opératoire, le bilan pré-opératoire proprement dit effectué :


    - examen oculaire complet

    - calcul de la puissance de l'implant personnalisé : courbure de la cornée et échographie oculaire ("biométrie")


Une fiche d'information ("consentement éclairé") est remise en salle d'attente. Sa lecture préalable à la consultation permet déjà de répondre à certaines de vos questions, et d'en suggérer d'autres, auxquelles il vous sera apporté la réponse la plus claire possible.


consulter la fiche de consentement

--------------  Les cataractes “corticales”  ---------------


Il s’agit d’opacités dans le cristallin, dont la consistance est par ailleurs encore molle. Cataractes sans difficulté opératoire.

--------------  Les cataractes “nucléaires”  ---------------


Il s’agit de cristallins  qui s’opacifient “dans la masse”. Le noyau est alors parfois de consistance très dure (chirurgie parfois difficile).

--------------  Les cataractes “cortico - nucléaires”  ---------------


Il s’agit de cataractes fréquentes, associant les deux types précédents. Cataractes sans difficulté chirurgicale.

--------------  Les cataractes “sous capsulaires postérieures”  ---------------


Fréquentes, l’opacité est ici postérieure, contre la capsule, le reste du cristallin étant en général clair et mou. Elle ont en général une évolution rapide et atteignent souvent des patients jeunes. Chirurgie sans difficulté.

  cataracte débutante : opacités périphériques           opacités affectant le centre : baisse d’acuité          autre oeil : idem, cataracte centrale, à opérer

cataracte débutante : opacité centrale gênante            opacités disséminées (éclairage latéral)          la même : opacités plus visibles (éclairage frontal)

opacités semblant peu nombreuses (éclairage latéral) en fait, très nombreuses en éclairage latéral frontal             cataracte corticale importante

Très belle cataracte corticale, congénitale, dite “coralliforme”.                     On distingue bien le noyau du cristallin, qui est encore mou.

Cataracte nucléaire typique : opacité homogène             le noyau est devenu très gros et dur          cataracte nucléaire dense et très dure, acuité < 1/10

Cataracte très dense, très dure, acuité < 1/10   Cataracte nucléaire brune totale, de très grande dureté. acuité : “perçoit la lumière”. Chirurgie difficile...

Cataracte blanche homogène, à consistance molle   Consistance dure, acuité : “perçoit la lumière”     Consistance très dure, acuité : “perçoit la lumière”

Trois exemples de cataracte cortico - nucléaire typique                                    

Opacité postérieure centrale, consistance molle       Cataracte sous - capsulaire bilatérale centrale :           l’acuité a chuté, le patient est très ébloui

            Opacité postérieure disséminée                                                 idem                                        idem +++ : acuité < 1/10, patient très ébloui

--------------  Recherche d’une pathologie oculaire associée  ---------------------------------------------------


Une pathologie associée peut rendre la chirurgie difficile, délicate, et/ou compromettre le résultat espéré, même avec une chirurgie parfaite.

--------------  Les anomalies de l’iris (mauvaise dilatation)  ---------------


Le cristallin étant situé derrière l’iris, une mauvaise dilatation rend l’opération difficile. Celle-ci peut être liée à des adhérences avec le cristallin, à une longue prise de certains collyre, à un diabète, ou bien être congénitale.

Pupille se dilatant mal, par adhérence sur le cristallin       cataracte nucléaire avec adhérences          cataracte nucléaire dense avec adhérence localisée                    

Pupille à l’état naturel : très anormalement resserrée. Malgré dilatation par collyre : peu de changement...     

Idem sur l’autre oeil : la chirurgie est ici très délicate...  il faudra ouvrir chirurgicalement la pupille...

     cristallin dégénéré avec pupille très étroite

--------------  Les anomalies de la cornée : la Cornéa Guttata  ---------------


Il s’agit de la raréfaction des cellules qui tapissent la face interne de la cornée, et sont responsables du maintient de sa transparence. Elles diminuent naturellement avec l’âge. Mais ici, elles sont anormalement diminuées et sont insuffisantes pour assurer leur fonction.

Il s’ensuit un aspect oedémateux le la cornée, avec baisse de l’acuité visuelle.

La cornée devient progressivement trouble, avec un aspect caractéristique, comme martelé. La vue baisse et le patient ne supporte plus la lumière vive.               

Il est important d’en faire le diagnostic avant l’intervention :

    - d’une part, car une part de la baisse d’acuité lui est imputable et ne sera pas récupérée.

    - d’autre part, l’intervention peut aggraver le trouble de la cornée. Il faudra donc faire preuves de certaines précautions et utiliser une technique opératoire douce (intérêt de la technique AquaLase).

Cataracte polaire antérieure sur chaque oeil, avec une acuité encore acceptable. Origine congénitale.                 Idem, indication opératoire...

--------------  Les anomalies associées du cristallin : la pseudo-exfoliation capsulaire  ---------------


Le cristallin présente à sa surface un aspect de “pelage” de sa capsule antérieure. Cette curiosité doit être reconnue car elle prédispose à la sub-luxation du cristallin, à la mauvaise dilatation de la pupille, au glaucome.

--------------  Les anomalies associées du cristallin : la luxation  ---------------


Le cristallin est ici instable, une partie de ses attaches sont rompues. Lors de la chirurgie, celles-ci peuvent finir de se rompre totalement, exposant à la chute du cristallin au fond de l’oeil. Il faut des techniques spéciales pour cette chirurgie qui est la plus complexe qui soit.

vue opératoire : dilatation moyenne, collerette capsulaire                      idem                                                “pelage” de la capsule ,bien visible                      

Cataracte monstrueuse, bilatérale, acuité nulle.      Le cristallin est désinséré, luxé, sur 180° en haut.  Il faut rechercher sa présence (ici, luxation en bas)

--------------  Les anomalies associées : le glaucome  ---------------


Le glaucome étant une affection fréquente, son association avec une cataracte l’est aussi.  (voir le chapitre qui lui est consacré)  

  1. -la part de la baisse d’acuité qui lui est imputable ne sera pas récupérée (+++).

  2. -il est possible d’associer l’opération du glaucome à celle de la cataracte (chirurgie dite “combinée” catacte-glaucome) 

--------------  Les anomalies associées de la rétine  ---------------


Une affection de la rétine (dégénérescence de la macula (D.M.L.A.), diabète, thrombose vasculaire, etc...) peut limiter le résultat de l’opération, si elle est importante.

Là encore, la part de la baisse d’acuité qui lui est imputable ne sera pas récupérée : le patient ne récupérera que l’acuité que lui permet d’avoir sa rétine malade. Cela ne contre-indique pas l’intervention, mais nécessite un bilan pré-opératoire plus poussé et une compréhension par le patient.

voir le chapitre qui lui est consacré

voir le chapitre qui leur est consacré

L’examen clinique

La cataracte consiste en l'opacification du cristallin, lentille située derrière l'iris et qui permet la mise au point de l'image vue sur la rétine.


Elle se manifeste par une baise d'acuité, plus ou moins rapide, mais toujours progressive, associée à une perception plus terne des couleurs et parfois des éblouissements. Elle ne provoque ni rougeur ni douleur.


Elle survient le plus souvent autour de 60-70 ans, mais parfois dès 50 voire 40 ans (sans parler des cataractes congénitales).


Elle est une manifestation quasi-physiologique du vieillissement de l'œil, mais qui est favorisé par le diabète, le tabac, les traumatismes.

OPHTA 33 Docteur Olivier MALAUZAT

Chirurgie de la cataracte, du glaucome, du strabisme, de la myopie au laser, de la presbytie, à Bordeaux







Chirurgie de la cataracte Bordeaux, phacoémulsification de la cataracte, Aqualase, Ozil, traitement et chirurgie du strabisme convergent divergent et vertical, nystagmus, chirurgie réfractive, myopie par laser excimer, hypermétropie  par laser excimer, astigmatisme par laser excimer, myopie par laser Femtoseconde, myopie par lasik, chirurgie de la presbytie par implant intra-oculaire, traitement chirurgie du glaucome, trabéculectomie et sclérectomie pour glaucome, clinique Théodore Ducos à Bordeaux, chirurgie ophtalmologique, chirurgie ambulatoire, presbytie, rétine, chirurgie de l'oeil, baisse d'acuité visuelle, laser, problème de vue, docteur Malauzat ophtalmologiste spécialiste de la vue à Bordeaux, œil sec, fond d'œil, vue enfant, traitement du glaucome par laser SLT, œil qui pique, œil rouge, mal à l'œil, laser yag, maladie du vitré, corps flottants, photos d'œil, vidéo de chirurgie des yeux, collyres contre le glaucome