CATARACTE
ACCUEIL       CONSULTATIONS    HOSPITALISATION                                                                 
Cataracte    Glaucome    Strabismes    Myopie par laser    Conjonctive        
Paupières    Rétine    Cornée    Foire aux questions    Anomalies de la vision    ACCUEIL.htmlconsultation_malauzat.htmlclinique_theodore_ducos.htmlcataracte.htmlglaucome.htmlstrabismes.htmlmyopie_par_laser.htmlconjonctive.htmlpaupieres.htmlretine.htmlcornee.htmlfoire_aux_questions.htmlanomalies_de_la_vision.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3shapeimage_2_link_4shapeimage_2_link_5shapeimage_2_link_6shapeimage_2_link_7shapeimage_2_link_8shapeimage_2_link_9shapeimage_2_link_10shapeimage_2_link_11shapeimage_2_link_12
 


--------------  Les précautions à respecter  --------------------------------------------------------


Bien que l’intervention n’ait duré que moins de 10 minutes, sans piqûre, et sans suture, elle reste une intervention chirurgicale...


Ce qui est interdit :

  1. -ne pas se frotter, ni essuyer l’oeil lui-même : l’incision même microscopique, n’est pas parfaitement “étanche” avant une petite semaine,

  2. -se laver les mains avant l’instillation des collyres, ne pas toucher l’embout des collyres (avec les cils, notamment),

  3. -éviter le jardinage et les activités ou sports brutaux pendant la première semaine,


Ce qui est obligatoire :

  1. -respecter l’instillation des collyres,

  2. -respecter le rendez-vous de contrôle avec votre ophtalmologiste traitant habituel.


Ce qui est permis :

  1. -lire, regarder la télévision, se promener, conduire (si l’acuité avec vos lunettes actuelles le permet), et le fameux “baisser la tête” (!)


Ce qui est normal :

- il est possible que l’oeil opéré soit un peu rouge, qu’il pique légèrement, que la vision ne soit pas tout de suite parfaite (un changement de verre sera peut-être nécessaire).


Ce qui doit alerter :

  1. -une douleur, une rougeur, une baisse de l’acuité, une intolérance à la lumière qui apparaissent dans les premiers jours peut témoigner d’une réaction inflammatoire ou infectieuse :

++++++  UN APPEL IMMEDIAT DE VOTRE OPHTALMOLOGISTE EST INDISPENSABLE POUR EXAMEN DE CONTROLE  +++++++


                   En effet, en cas de réaction inflammatoire, un traitement adapté est d’autant plus efficace qu’il est administré tôt.

(appeler votre Ophtalmologiste habituel, ou le Dr MALAUZAT (06 56 92 51 40 ou 06 10 82 42 47), la clinique (05 57 81 26 26)

--------------  L’oeil qui pique  -------------------------------------------------------


Ce n’est pas une réelle complication mais c'est assez fréquent.

  1. -le plus souvent, il s’agit d’une irritation causée par un des collyres, favorisée par une sécheresse pré-existante de la cornée.

  2. -autrefois, la mise en place d'une suture cornéenne entraînait  une irritation, lorsque celle-ci se cassait quelques mois ou années plus tard.

--------------  La récupération visuelle  ----------------------------------------------------------------


Habituellement, l’acuité visuelle est améliorée dès le lendemain de l’opération, avec les réserves suivantes :


  1. -le verre de lunette n’est souvent plus adapté, car on a supprimé la myopie, l’hypermétropie ou l’astigmatisme qui existait avant l’opération. C’est le rôle de l’implant qui corrige “de l’intérieur”. De ce fait, la vue est troublée par la lunette habituelle : il faudra changer le verre.

  2. -ce changement de verre sa fait vers le 15° jour, quand la vue s’est stabilisée.

  3. -le plus souvent, le calcul de l’implant a visé de corriger la vision de loin. Le but est de pouvoir se passer de lunette de loin. Par contre, pour la lecture, une correction sera nécessaire.

  4. -Certains patient myopes sont habitués à lire sans lunette (du fait de la presbytie qui “compense” la myopie en vision de près). On vise alors une myopie post-opératoire et le patient portera des lunettes pour le loin mais pas pour lire.

  5. -Il existe des implants qui corrigent à la fois de loin et de près (implants “multifocaux”). Ils permettent de se passer de lunettes dans la vie courante. Cependant, une petite correction d’appoint est parfois nécessaire pour certaines activités. L’acte chirurgical est le même. Néanmoins, tous les patients ne sont pas de bonnes indications et cet implant n’est que partiellement remboursé par la sécurité sociale.

  6. -en cas de pathologie associée (glaucome, maladie de la rétine ou de la cornée), la récupération peut se trouver limitée. Cela ne contre-indique pas l’intervention mais le patient doit être prévenu au préalable.

--------------  Les complications  -------------------------------------------------------------------------------


                                                        “Il n’y a pas de chirurgie sans risque”


La chirurgie de la cataracte est la plus pratiquée par les ophtalmologistes. C’est même l’acte chirurgical le plus fréquent.

Néanmoins, comme pour tout acte, il existe des complications possibles.

--------------  L’endophtalmie  --------------------------------------------------


Il s’agit de la complication la plus grave : l’infection intra-oculaire. L’oeil est très réceptif aux microbes et se défend mal face à l’introduction de germes.

La contamination peut se faire lors de l'intervention, malgré les procédures d'antisepsie avancées que nous appliquons, et l’utilisation du maximum de matériel stérile à usage unique. Il s’agit le plus souvent de germes présents sur la conjonctive, qui entrent dans l’oeil.

Elle peut aussi être due au patient, par défaut des règles d’hygiène pré-opératoire (douche à la Bétadine obligatoire) et surtout post-opératoire (s’essuyer avec un mouchoir sale, jardinage,etc...)

L’oeil devient rouge, douloureux (pas un simple picotement), mal voyant, intolérant à la lumière. Ceci en général dans la première semaine. Chacun de ses signes doit faire consulter au plus vite. Traité avec retard, ou en cas de germe très virulent, le pronostic est mauvais.

--------------  La mauvaise récupération visuelle  ------------


Les causes sont multiples :

- autre pathologie oculaire qui interfère : ce n’est pas une complication de l'opération, mais un défaut de diagnostic, d’information ou de compréhension lors de la consultation pré-opératoire.

fig.3 - Important oedème maculaire (b): acuité 2/10        fig.4 - Aspect après traitement : retour à la normale

L’O.C.T. est une sorte d’échographie très précise qui réalise une coupe de la rétine.



L’examen est réalisé au cabinet, lors de la consultation, de façon indolore (sans contact) direct avec l'œil ).


Il permet d'étudier précisément toutes les couches de la rétine.


Quelques secondes suffisent pour affirmer l'intégrité de celle-ci (fig.2)


Un oedème de la macula est très facilement identifiable (fig.3), ainsi que son évolution, spontanée ou sous l'effet du traitement (fig.4)



L'informatique permet l’archivage et la comparaison des examens successifs.

Angiographie : un produit fluorescent est injecté dans une veine du bras, rendant visible le remplissage des vaisseaux et un éventuel oedème. Autrefois examen de référence, l'OCT l'a rendu obsolète

vaisseaux rétiniens

œdème maculaire

oedème maculaire

            Oeil sec, irritable par les collyres                           Point de suture cassé, qui gratte                             Point de suture cassé, qui gratte

       (test : le colorant n’est pas homogène)

suture cassée

vaisseau réactionnel : rougeur

suture cassée

colorant non homogène

       Cataracte + D.M.L.A. : pré-opératoire        Post-opératoire : persistance des altérations centrales

Dégénérescence Maculaire (D.M.L.A.) :


La partie centrale de la rétine est partiellement détruite : il existe des zones non voyantes (“scotomes centraux”).


Celles-ci sont définitives et ne sont pas améliorées par l’intervention de la cataracte...


Par contre, l’acuité périphérique est récupérée, améliorant notablement le confort visuel.


Enfin, sans intervention, la cataracte finirait par être totale et l’acuité totalement nulle.


Glaucome :


Le glaucome altère au contraire la périphérie du champ visuel, n’atteignant le centre qu’après une longue évolution (“scotome périphérique”).


Ceux-ci sont définitifs et ne seront pas améliorés par l’intervention de la cataracte...


Par contre, l’acuité centrale est récupérée, à 10/10 dans cette simulation.


L’intervention n’est donc pas contre-indiquée.

- l’erreur ou imprécision du calcul de l’implant : entraînant une myopie ou une hypermétropie, compensable par les lunettes, mais pouvant ne pas être acceptée. De multiples contrôles sont en place le long de la procédure pour l’éviter. Eventuellement, l’implant peut être changé.


- l’œdème maculaire : c’est une complication qui n’est pas rare. L’opération peut provoquer une réaction d’oedème au fond de l’oeil, au niveau de la macula (zone centrale de la rétine, responsable de la vision fine, centrale).  Cet oedème entraîne une baisse de l’acuité, plus ou moins marquée, survenant une semaine à plusieurs mois après l’opération, même parfaitement réalisée. Sans douleur ni rougeur.

Cette complication est potentiellement tellement fréquente qu’un traitement préventif est systématiquement donné en post-opératoire (collyre anti-inflammatoire). Malgré tout, cet oedème peut toujours survenir.

Des antécédents inflammatoires, un diabète, une rupture de la capsule postérieure favorisent sa survenue.

Le traitement est le plus souvent efficace et entraîne la guérison en quelques semaines Il fait appel aux corticoïdes en injection intra-vitréenne.

Le diagnostic et la surveillance de la guérison se font à l’OCT : on observe bien le soulèvement, l'épaississement de la macula.

Cataracte + Glaucome : pré-opératoire             Post-opératoire : persistance des altérations périphériques

--------------  Comprendre l’intervention  --------------------------------------


    Une fiche de "consentement éclairé" vous a été remise lors de la consultation au cabinet. Sa lecture en salle d'attente et la réponse aux questions qui se sont posées à vous ont dû vous éclairer sur la nature de l'opération.


Consulter la fiche de "consentement éclairé"


    L’intervention de la cataracte, même si elle se passe très simplement, ne doit pas être banalisée, comme une petite intervention.

Il s’agit d’une chirurgie très fréquemment pratiquée (nous en effectuons environ 800 par an), mais très délicate, réalisée au microscope opératoire sur une organe (l’oeil) qui est très fragile.

    Plus l’intervention a semblé simple et rapide pour le patient, plus elle a été sophistiquée et a nécessité dextérité et savoir-faire pour le chirurgien

Rien de mieux pour réaliser les précautions à pendre après l’opération que de comprendre en quoi elle a consisté.



Chaque opéré reçoit le film de son intervention sur support DVD.



Les accompagnants ayant assisté à l’intervention en direct, sur le circuit de télévision interne de la clinique, retrouveront le fil des événements.

A la suite de l’opération, il faut respecter des précautions, la prescription des collyres et les examen de contrôle.

     fig.1 - Coupe anatomique de la macula et          fig.2 - Aspect en OCT chez un patient normal

             de la dépression fovéolaire (a)                     

(a)

(a)

(a)

(b)

suites operatoires

OPHTA 33 Docteur Olivier MALAUZAT

Chirurgie de la cataracte, du glaucome, du strabisme, de la myopie au laser, de la presbytie, à Bordeaux - Caudéran







Chirurgie de la cataracte Bordeaux, phacoémulsification de la cataracte, Aqualase, Ozil, traitement et chirurgie du strabisme convergent divergent et vertical, nystagmus, chirurgie réfractive, myopie par laser excimer, hypermétropie  par laser excimer, astigmatisme par laser excimer, myopie par laser Femtoseconde, myopie par lasik, chirurgie de la presbytie par implant intra-oculaire, traitement chirurgie du glaucome, trabéculectomie et sclérectomie pour glaucome, clinique Théodore Ducos à Bordeaux, chirurgie ophtalmologique, chirurgie ambulatoire, presbytie, rétine, chirurgie de l'oeil, baisse d'acuité visuelle, laser, problème de vue, docteur Malauzat ophtalmologiste spécialiste de la vue à Bordeaux, œil sec, fond d'œil, vue enfant, traitement du glaucome par laser SLT, œil qui pique, œil rouge, mal à l'œil, laser yag, maladie du vitré, corps flottants, photos d'œil, vidéo de chirurgie des yeux, collyres contre le glaucome