RETINE
ACCUEIL       CONSULTATIONS    HOSPITALISATION                                                                 
Cataracte    Glaucome    Strabismes    Myopie par laser    Conjonctive    Paupières    
    Rétine     AquaLase    Ozil    Cornée    Foire aux questions    Anomalies de la vision    IndexACCUEIL.htmlclinique_theodore_ducos.htmlcataracte.htmlglaucome.htmlstrabismes.htmlmyopie_par_laser.htmlconjonctive.htmlpaupieres.htmlretine.htmlcataracte_Ozil.htmlcornee.htmlfoire_aux_questions.htmlanomalies_de_la_vision.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3shapeimage_2_link_4shapeimage_2_link_5shapeimage_2_link_6shapeimage_2_link_7shapeimage_2_link_8shapeimage_2_link_9shapeimage_2_link_10shapeimage_2_link_11shapeimage_2_link_12shapeimage_2_link_13shapeimage_2_link_14shapeimage_2_link_15
 

Déchirure rétinienne : 


Sous l’effet de la traction du gel vitréen (gel transparent qui remplit la cavité oculaire), une zone de rétine peut se déchirer. Elle peut survenir chez tout le monde, mais plus souvent en cas de myopie ou de traumatisme.


Elle peut être découverte lors d’un examen systématique du fond d’oeil, ou suspectée par l’apparition d’éclairs ou de “mouches”. Sa gravité tient au fait que la rétine peut alors se décoller.


Un cerclage de la lésion au laser argon s’impose, réalisant une sorte de “soudure” qui évitera que la rétine ne se décolle à partir des bords de la déchirure.




Déchirure rétinienne avec hémorragie : 


Un hémorragie dans la cavité vitréenne peut survenir si comme ici, un vaisseau situé juste sur la déchirure est sectionné.


Cette hémorragie peut être suffisamment importante pour cacher la déchirure elle-même et la soustraire au traitement laser. Une mise au repos suffit à sa résorption spontanée.


Le traitement au laser est alors à effectuer dès que la visibilité est satisfaisante.




Déchirure rétinienne avec décollement de la rétine : 


Ici, la rétine s’est décollée (a). On observe bien le soulèvement des bords de la déchirure (b).


Le laser est ici impossible (il ne “marque pas”) et surtout inefficace.


Le traitement n’est que chirurgical, en urgence, avant que la totalité de la rétine ne se décolle, ce qui assombrirait le pronostic.


Le traitement au stade de déchirure est donc essentiel.

Certaines lésions de la rétine nécessitent un traitement au laser, afin qu’elles ne dégénèrent pas en complications graves.


Le laser est un faisceau de lumière qui coagule une zone de rétine, sous la forme de petits spots de diamètre variable (de 0,01 à 0,5 mm.)

Le traitement se fait au cabinet, dans le cadre d’une consultation ordinaire.


Trois catégories de lésions sont concernées :

        - les lésions dégénératives de la périphérie : déchirures, trous, palissades,

        - les territoires ischémiques (mal ou plus vascularisés) dans le cadre du diabète, d’une thrombose,

        - les néo-vaisseaux, dans le cadre d’une dégénérescence maculaire (DMLA).

--------------  Les lésions dégénératives de la périphérie rétinienne ---------------------

Trou rétinien : 



On observe aussi des lésions sous la forme de trou, qui entraînent moins souvent un décollement de la rétine. A l'examen, on trouve parfois, à proximité du trou, le fragment de rétine déchirée qui flotte dans la cavité vitréenne.


Le traitement fait aussi appel au laser. Les impacts, sur plusieurs rangées, font le tour du trou et laissent une marque blanche (a), qui va progressivement se pigmenter (b).


La rétine est soudée dans son épaisseur et ne se décollera donc pas.

palissade : 



Avant qu’une déchirure ne se constitue, on peut noter, lors de l’examen du fond d’oeil, des lésions de la périphérie rétinienne, qui constituent des zones de fragilité.


Les “palissades” sont les plus caractéristiques, dont le traitement au laser permet d’éviter la survenue d'une déchirure à leur niveau.


Elles se présentent comme des plages d’aspect grillagées, blanches, plus ou moins étendues.

(a)

(b)

(a)

(b)

déchirure

palissade

--------------  Les territoires ischémiques --------------------------------------------------------------------------

Certaines maladies provoquent une diminution de la vascularisation de certains territoires de la rétine.


Ainsi, un diabète déséquilibré, une occlusion d’une veine ou d’une artère rétinienne peuvent être la cause d’une sorte d’infarctus localisé.

La rétine, à cet endroit, réagit à cette diminution d’apport en oxygène en déclenchant la prolifération de vaisseaux qui s’avèrent anormaux (néo-vaisseaux). Ceux-ci sont inefficaces et peuvent provoquer des saignements.

Il faut donc détruire au laser les zones de rétine concernées.


(voir les chapitres “occlusion veineuse”, “occlusion artérielle” et “diabète”)

--------------  Les néo-vaisseaux dans le cadre de la D.M.L.A. -----------------------------

La dégénérescence maculaire liée à l’âge est malheureusement une affection très fréquente

        - dans sa forme dite “sèche”, l’évolution et lente,

        - dans sa forme dite “humide”, l’évolution est rapide et est caractérisée par l’apparition de vaisseaux anormaux sous la rétine (dans la                                  

         choroïde). Ce sont les “néo-vaisseaux choroïdiens”. Dans certains cas, ceux-ci peuvent être traités par laser.


(voir le chapitre “D.M.L.A.”)

--------------  Réalisation en pratique ---------------------------------------------------------------------------------

Le laser est monté sur une lampe à fente (appareillage d’examen classique).


L’oeil à traiter est au préalable dilaté (pupille dilatée = “mydriase”) à l’aide d’un collyre instillé une quinzaine de minutes au préalable.


Un “verre à trois miroirs” est placé sur l’oeil, préalablement anesthésié par un collyre d’anesthésie de contact.

Hormis l’inconfort lié à l’éblouissement, il n’y pas de douleur.


Le laser est réglé, en intensité, temps d’exposition (0,1 à 0,5 secondes par impact), en diamètre du spot du faisceau laser (0,01 à 0,5 mm.)


Les impacts de laser sont le plus souvent indolores, ou peu douloureux dans certains territoires.


Dans certaines pathologies (territoires ischémiques, plusieurs séances sont nécessaires).

LASER

OPHTA 33 Docteur Olivier MALAUZAT

Chirurgie de la cataracte, du glaucome, du strabisme, de la myopie au laser, de la presbytie, à Bordeaux







Chirurgie de la cataracte Bordeaux, phacoémulsification de la cataracte, Aqualase, Ozil, traitement et chirurgie du strabisme convergent divergent et vertical, nystagmus, chirurgie réfractive, myopie par laser excimer, hypermétropie  par laser excimer, astigmatisme par laser excimer, myopie par laser Femtoseconde, myopie par lasik, chirurgie de la presbytie par implant intra-oculaire, traitement chirurgie du glaucome, trabéculectomie et sclérectomie pour glaucome, clinique Théodore Ducos à Bordeaux, chirurgie ophtalmologique, chirurgie ambulatoire, presbytie, rétine, chirurgie de l'oeil, baisse d'acuité visuelle, laser, problème de vue, docteur Malauzat ophtalmologiste spécialiste de la vue à Bordeaux, œil sec, fond d'œil, vue enfant, traitement du glaucome par laser SLT, œil qui pique, œil rouge, mal à l'œil, laser yag, maladie du vitré, corps flottants, photos d'œil, vidéo de chirurgie des yeux, collyres contre le glaucome